Christine Muller Peintre

Cliquez ici pour modifier le sous-titre

                                                                        Le silence des sirènes

La grâce


Devant son miroir

Elle cherche le bijou, le foulard,

Le maquillage qui révélera son teint

Une ride nouvelle est apparue

Un cheveu blanc.

L’angoisse l’étreint

Elle invoque les dieux

Leur donne tous les pouvoirs

Afin que sa lumière lui soit rendue

 

Elle est dans une impasse

Au bout, il y a le mal vieillir 

La chirurgie peut-être...


Ailleurs, dans un autre miroir

Les foulards volent, se superposent

Sur la nuque assouplie

Une ride nouvelle est apparue

Un cheveu blanc

Elle se sourit pourtant

Sa coquetterie la rend légère

L’écrin peut rester vide

Elle danse... 


La route devant elle est infinie

La lumière est venue

Et durablement, la beauté s’est installée.





La peinture émergera de l’intérieur

Sans artifices et sans détours

Sans que viennent à son secours

Tous les dieux invoqués

Le travail accompli se chargera alors

Tout en douceur et sans calcul

De tisser ce lien que l’on appelle "le style"..


2007